Coronavirus COVID-19 : L'OPCO EP à vos côtés

 

Conformément aux mesures sanitaires gouvernementales, nos bureaux, nos standards et nos centres de contacts sont exceptionnellement fermés jusqu’à nouvel ordre.

Nous adaptons notre organisation pour assurer, dans les meilleures conditions, la continuité de nos services.

Nos équipes sont pleinement mobilisées pour traiter et payer tous les dossiers dématérialisés disposant de factures et attestations de présence jointes au dossier.

Vos démarches pour échanger avec nos services, c’est par ici.

Pro A

Quelle est la durée d’un parcours Pro-A ?
23 Janvier 2020

La durée minimale d’un parcours Pro-A est comprise entre 6 et 12 mois. Elle peut être allongée : 
- jusqu'à 36 mois pour les publics prioritaires*, 
- jusqu'à 24 mois pour d'autres personnes que les publics prioritaires ou lorsque la nature des qualifications prévues l'exige, conformément à l’accord de branche applicable.
La durée de la formation est quant à elle comprise entre 15 % et 25 % de la durée totale de Pro-A, ou supérieure à 25 % conformément à l’accord de branche applicable. Elle ne peut être inférieure à 150 heures.
A noter : ces durées minimales de formation ne s’appliquent pas lorsque Pro-A vise l’acquisition de la   certification « CléA » (socle de connaissances et de compétences), ou lorsqu’elle concerne des actions de validation des acquis de l’expérience (VAE).

Ces bénéficiaires et la nature de ces certifications sont définis par convention ou accord collectif de branche ou, à défaut, par accord collectif conclu entre les organisations représentatives d'employeurs et de salariés signataires de l'accord constitutif d'un organisme collecteur paritaire interprofessionnel agréé.
En dehors de ces cas clairement énoncés et en l’absence d’accord collectif prévoyant la possibilité d’une mise en œuvre d’une durée supérieure à la limite légale (12 mois), la durée maximale de Pro-A est de 12 mois.

*Publics prioritaires concernés : 
- les jeunes de 16 à 25 ans qui n'ont pas validé un second cycle de l'enseignement secondaire et qui ne sont pas titulaires d'un diplôme de l'enseignement technologique ou professionnel 
- les demandeurs d’emploi de 26 ans et plus inscrites depuis plus d'un an sur la liste des demandeurs d'emploi - Les bénéficiaires de minimas sociaux (revenu de solidarité active (RSA), allocation de solidarité spécifique (ASS) ou allocation aux adultes handicapés (AAH), et les anciens titulaires d’un contrat unique d’insertion (CUI)).
Attention, ce contenu est susceptible d'être modifié très prochainement après la publication du projet de décret portant diverses modifications relatives à la mise en œuvre de la reconversion ou promotion par alternance.